Posture face au savoir

De U-Sphere
Aller à : navigation, rechercher

2001-1.jpg
Nous recevons tous au berceau les croyances de notre tribu en tatouage ; la marque peut sembler superficielle, elle est cependant profonde. S'accrocher à celle-ci, c'est rester prisonnier de l'ignorance, une nuit de l'esprit, qui n'a ni lune ni étoiles.
<<< >>>

  • La résistance au changement, la conduite du changement
  • Qu'est-ce que l'éthique ?
  • Comment réaliser l'émergence d'une synergie constructive et régulatrice au sein d'un groupe de réflexion afin de limiter les ethnocentrismes, ou les prises de positions ?
  • Comment fonctionne un réseau social humain ?
  • Comment émerge la connaissance ?
  • Comment agir de manière fonctionnelle dans un réseau humain pour améliorer ?
  • Comment prendre en compte ses propres limites cognitives (peurs, préjugés et irrationalités) dans cette démarche ?
  • Approche méthodologique et cognitive de l'inconnu : comment la science gère t-elle làinconnu, làirrationnel, peurs et extrémismes ?
  • Comment améliorer la communication et se sortir de ses illusions ?

L'ouverture au « contact »

Toute opération visant à augmenter la tolérance, l’esprit d’amour envers son prochain permet aux intellects de s’ouvrir, d’accepter des idées et des valeurs toujours plus variées. De s’immerger dans des contextes de compréhension toujours plus grands, mèneront à l’augmentation progressive du niveau de néguentropie, à l’établissement de Meta-Connexions nouvelles reliant des hommes et des femmes à l’origine différents. Il ne s’agit pas de faire table rase du passé, ni de nier quelque souffrance que ce soit. Rien ne serait plus faux. Au contraire, l’empathie qui rapproche les hommes, créatrice de progrès est au centre du sentiment ici projeté. C’est un sentiment d’amour et de compréhension. Et puisqu’il ne s’agit pas de renier, il faut au contraire comprendre que la source de ces souffrances vécues est essentiellement, liée soit à l’ignorance, soit à la propre souffrance des personnes, ou groupes sociaux en présence.

Réalisez que la colère qui peut ronger certains d’entre vous, la crainte, ou la méfiance, que nous pouvons aujourd’hui à nouveau projeter sur les autres, ne fera qu’engendrer de nouveaux cycles empreints de notre propre coloration émotionnelle (violence, colère, de crainte ou de méfiance, ou à l’inverse …). Pensez vous que vous serez un pompier efficace en jetant de l’huile sur le feu ? La guerre est-elle un moyen réellement efficace pour redresser les tords? Le véritable geste néguentropique dans ce contexte, consiste à éteindre les feux en acceptant d’intégrer cette souffrance sans la reproduire, la dupliquer, la propager.

Le « contact » avec de supposés Extra-Terrestres que certains appellent par leurs voeux, devrait « se préparer » avant tout dans les coeurs. Cet état d’esprit qui doit prévaloir pour qu’un tel contact ait lieu, doit vivre en nous. Car fondamentalement, et avant toute chose, c’est cet état d’esprit, bienveillant et intègre qui doit nous animer lorsque nous rencontrons des personnes de valeur et de croyances différentes des nôtres. Refuser ces valeurs, par des appréciations négatives ou des critiques ou des émotions de rejet violent, ne peut que refléter notre état d’esprit d’intolérance et la marge de progrès nécessaire.

La clé du contact avec « l’autre » réside aussi dans notre propre façon que nous avons de réaliser notre lien social, la qualité et la bienveillance de nos interactions.

Ne vous attendez pas à une position particulièrement ouverte d’entités moralement plus évoluées, à un rapprochement de cultures exogènes qui comprendront que vous n’êtes pas prêt à vous ouvrir à d’autres.

Il ne s’agit pas que d’une question de choc culturel, car au delà de cela se pose la question de la tolérance et de l’appréciation morale d’autrui.Le progrès culturel et moral ne peut s’effectuer sans cela.